Mon MacBook fête ses cinq ans…

Cela paraît anodin dit comme ça, alors qu’il s’agit presque d’un fait de société. Mon Mac a cinq ans, et il ne pollue pas la planète, lui, car je suis bien décidé à l’user jusqu’au bout. Quand ?

Depuis que le DVD est devenu un produit de consommation courante, autour de l’an 2000, j’ai du user une bonne dizaine de lecteurs de salon. Dont certains n’ont pas du lire plus de 20 ou 30 disques, et sont rapidement tombés en panne, de cette panne rédhibitoire pour un lecteur :  » disque illisible », ou, quand l’appareil est en verve « un disque sale ou rayé a été inséré dans le lecteur ». Vous avez beau le frotter sur votre chemise, chercher la trace de doigts ou la rayure fatale, parfois, acquérir un improbable « réparateur de disque » qui ne réparera rien du tout et coûte le prix de 2 DVD ou d’un nouveau lecteur, rien n’y fait. Votre lecteur est mort, et terminera à la cave ou sur le trottoir, avec les autres, car on se dit toujours qu’un jour, il remarchera peut-être.

En revanche, mon Mac à moi, vient de fêter ses cinq ans. Vaillamment. En tournant tous les jours ou presque, parfois 24h/24.

Oh oui, il est tout usé, mais il marche parfaitement, avec la dernière version du système OS X. Bien sûr, j’ai changé son clavier tellement les touches étaient effacées, remplacé deux fois le disque dur interne de marques pourtant prestigieuses dont je tairai le nom, car ils n’ont manifestement pas la robustesse du reste de la machine qu’ils servent. La carosserie en aluminium est marquée de coups, la peinture, éraflée ou partie par endroits, mais la machine, dedans, tourne.

En pensant à l’anniversaire de mon Mac, j’ai aussi pensé à mes copains et à leurs Dell / HP / Acer / Toshiba et autres PC portables. Tous en ont changé deux fois au minimum en cinq ans, quand ce n’est pas trois fois, et même, pour une de mes amies, tous les ans. Ca anime les conversations au resto entre collègues ou à dîner. Ils ont changé, non pas par attrait pour le dernier modèle, un écran plus grand, une batterie plus robuste ! (j’en suis à ma deuxième batterie, c’est vrai). Non, ils ont changé tout simplement parce que leur machine les avait la-chés. Brutalement. Sans espoir de retour, ou alors, après des frais de réparation supérieurs au prix d’achat d’une nouvelle bécane. Qui la carte vidéo, soudée, sinon, c’est pas drôle, qui, l’alimentation interne, solidaire de la carte mère, qui, un vice de fabrication dès l’origine, rendant la machine quasiment inutilisable des mois durant… Bravo les soucis et les dépenses imprévues, et la productivité en berne.

Plus épatant encore, dans la chambre de mes filles trône un Powerbook G4 Titanium, acquis en.. 2001, soit la préhistoire en informatique. Il tourne vaillamment sous Mac OS X 10.4.8, fait marcher des jeux pédagogiques, et lit encore les DVD avec son lecteur pourtant avant gardiste, à savoir, mange-disque motorisé. Et il tourne toujours avec son disque dur d’origine, de… 20 Go !

De même, dans les chambres de mes garçons, des iMac G3 de… 1998, soit vieux de plus de 13 ans, toujours, sous OS X (10.3.9), font aussi tourner des programmes éducatifs ou des jeux, et, curieusement, lisent aussi les DVD. Quand mes lecteurs de salon rendaient l’âme en quelques mois. Bien sûr, leurs disques durs d’origine les animent aussi. On trouve des iMac d’occasion à 20 euros sur Ebay.

Alors quand, ces derniers temps, Greenpeace est allé chercher des poux dans la tête d’Apple sur ses process de fabrication pas assez verts à leurs yeux, je me marre. Car vaut-il mieux produire des machines en se bardant de certificats « green-compliant », machines qui finiront leur carrière un an et un mois (juste après la fin de la période de garantie, comme par hasard…) dans une décharge, ou des machines peut-être moins vertueuses à la sortie de l’usine, mais… qui dureront cinq ans, quand ce n’est pas dix (mon Powerbook) ou plus (mes iMac) ?

Tiens, et dans la même veine, ok, j’avoue, j’ai un iPhone 4. mais mon iPhone 3, datant, lui, de 2009, est aujourd’hui le téléphone de mon épouse, qui ne le quitte pas, évidemment. Et mon Iphone original, datant quand même de juillet 2007, importé des Etats-Unis, tombé de mon scooter à plus de 70 kilomètres heure au prix de quelques rayures au dos, sans que la vitre ne se brise, est aussi utilisé tous les jours par un copain qui voulait un Iphone sans en payer le prix fort ! Et encore, avec sa batterie d’origine, sachant qu’il ne le recharge que tous les deux  jours…

Et pourtant, j’ai des tiroirs remplis de téléphones, ceux d’avant l’iPhone, aussitôt tués par le nouveau X-5432Z de chez Turdulut, parfois, moins d’un an après le début de leur carrière, obligeant à jongler avec les formules d’abonnement des opérateurs pour bénéficier des primes de bienvenue. Tous sont morts aussitôt remplacés, devenant au mieux des jouets pour enfants. Mon iPhone de 2007 tourne encore.

Alors, bon anniversaire mon Mac, mes Macs, mes iPhone et tant pis pour les derniers MacBook Air Thunderbolt, qui me font bien envie, mais… dont je n’ai pas encore besoin pour l’instant semble-t-il !

 

Mise à jour le 3 octobre 2011 :

 

J’ajoute à cette longue démonstration un autre exemple. L’autre jour, passe sur le refurb d’Apple un MacBookAir 1″ à 699 euros (64 Go/2 Go Intel Core Duo). Je n’hésite pas une seconde sachant qu’aucune de mes machines chez moi ne supporte Lion, et en avoir au moins une, à ce prix, ca vaut le coup. J’achète la bête, qui arrive 2 jours plus tard à la maison. Rien à redire, du grand Apple, immédiatement disponible, importation des données depuis un MacBook 13″ hyper simple, etc.

Le MacBook 13″, IntelCore Duo, justement, ne sert alors plus à rien. J’hésite à le mettre dans une chambre d’enfants, ou encore à en faire un mulet en cas de problème. Et me décide finalement à le mettre en vente sur Ebay. Date d’achat : septembre 2006. Date de vente : septembre 2011. Valeur résiduelle sur Ebay : 350 euros, très exactement. L’équation intéressante ici, est le prix final du MacBookAir, déduction faite du prix de vente de son prédécesseur : 349 euros (moins la commission Ebay). Sachant que ce n’est pas la première fois, loin s’en faut, que je vends un ancien Mac après en avoir acheté un plus puissant plus récent (j’ai commencé ce petit jeu en… 1998, à l’époque, on vendait son Mac sur un serveur minitel dont le nom m’échappe, mais ou l’on pouvait tout acheter et tout vendre vite et bien !), je persiste à dire que l’équation à la pomme est la bonne…

 

Cette entree a ete postee dans Apple, développement durable, Economie et taggee , , , , . Bookmark le permalien.

7 Reponses a Mon MacBook fête ses cinq ans…

  1. deefuz dit :

    Même si je partage largement ton avis (étant dans la même position que toi), je trouve que changer la batterie, 2x le DD, le clavier, etc. ça a du te couter pratiquement aussi chez que de racheter 2/3 d’un MacBook de base (900€ étudiant).
    Donc si la prouesse est remarquable, la réalité est un tout petit peu différente.
    Moi j’en suis à 2 ans 1/2 et encore toutes ses dents :)

    Apple combat cette « résistance » en proposant des évolutions qui impliquent un investissement hardware. Malheureusement.

  2. Jean-Baptiste Giraud dit :

    Non, franchement, le calcul tient le coup : changer une batterie, c’est de l’entretien normal pour ce genre d’appareils. D’ailleurs, maintenant, je me souviens : ma batterie s’est mise à gonfler, gonfler, après 2 ans. Je cherche sur le web et découvre que c’est un problème de batteries produites par… Sony, et que c’est pris en charge, sous garantie, par Apple ! et effectivement, 24h plus tard, ils me livraient une nouvelle batterie gratis.

    Pour le clavier, c’est le symptôme d’une machine qui sert beaucoup, en edition.

    Et pour les disques durs, oui, c’est pas normal qu’ils flanchent, mais le premier DD, un 320, remplacant un 160, m’a couté 55 euros, et le nouveau, changé en juillet, un 500 à 7200K, m’a couté 59 euros, donc, ca vaut aussi le coup !

    J’ai pas mis la photo en revanche du boitier, mais on voit qu’il a servi, surtout, au niveau du « repose-mains », c’est incroyable de voir l’usure due simplement à mes poignets ! Sans jeu de mots…

  3. Bacteries dit :

    Humm, en fait c’est un mix de chance (car Mac ou pas ça peut tomber en panne et parfois trop embêtant pour le réparer) et aussi de qualité.
    Je pense que pour comparer un mac à un lecteur de DVD de salon ou un autre ordi portable il faut aussi comparer des produits dans la même gamme de prix.

    Un lecteur DVD haut de gamme tu ne le changes pas tous les 6 mois! Un ordi à 2000€ fort heureusement dure plus longtemps qu’un à 800€.

    C’est comme tout, des platines vinyl Bang & Olufsen de 1970 fonctionnent encore très bien aujourd’hui, la marque bon marché de l’époque pas sûr…
    Il n’empêche qu’avoir du matos haut de gamme couplé à une fabrication « green » serait tout de même idéal.

  4. Jean-Baptiste Giraud dit :

    mmm pas d’acc pour les lecteurs de DVD :

    lecteur graveur philips, dans les premiers sortis, 700 euros : en panne au bout d’1 an 1/2 après avoir gravé 10 disques

    lecteur graveur (encore !!) Samsung, 250 euros, acheté 3 ans après le premier, techno éprouvée en théorie : en panne après avoir gravé 2 disques, et lu 15 disques. réparation, retour, marche 3 mois, re en panne.

    enfin chaine DVD complete Thomson, pareil. la chaine marche, mais le lecteur n’a pas tenu 2 ans…

    tu vas me dire que c’est peut etre pas assez du haut de gamme, mais ce sont pourtant des marques, et pas les premiers modèles ! :-)

  5. Bacteries dit :

    Bizarre ces graveurs, j’en ais utilisé plusieurs à l’époque (dont un 2X (!!!) qui a bien tapé les 1000CD), idem pour les 2 autres.
    Après le matos high tech les pannes c’est souvent dans les 3 premiers mois (voir les 2 premières semaines).
    Pour ma part dans une boite où j’ai été, 3 des 6 Mac Book ont eut de gros problème de clavier / touchpad dans les 6 mois suivant leur achat (sûrement un lot un peu défectueux), mais je pense que ça reste quand même rare. Mais disant que comparer un mac et un graveur DVD c’est pas la même. Et pour comparer un mac à un PC il faudrait au moins choisir le même niveau de gamme (car souvent je vois des mecs dire que Mac c’est fantastique à coté de leur ancien PC; sauf qu’un PC à 800€ et un à 2000€ y’a quand même d’énorme différence).

    Après la marque ne veut rien dire en soi, suffit de matter les tests sur Les numériques pour voir que des écrans d’une même marque ont des différence énormes. Sauf ceux qui soignent vraiment la qualité (comme Apple) en se positionnant sur une gamme particulière.

  6. Alan dit :

    Mon portable PC Dell milieu de gamme avait duré 6 ans sans que je n’ai jamais à changer de pièce. C’est les connecteurs électriques qui ont fini par lâcher.
    La batterie tenait toujours correctement.
    De là à m’extasier devant la prouesse. Faut arrêter de déconner …

  7. Jean-Baptiste Giraud dit :

    Je comparais à niveau égal… Les PC des copains don je parle étaient des modèles haut de gamme, notamment je me souviens d’un Dell tout habillé en cuir etc etc… qui n’a fonctionné que quelques jours. Mais évidemment, les PC portables ne sortent pas des usines pour tomber en panne à tous les coups. Simplement, c’est sur qu’ils sont statistiquement moins robustes et moins fiables…. à n’importe quel prix